.

Newsletter N°13 - Juin 2015

Economie circulaire : la nouvelle frontière des achats responsables

L'ObsAR a réuni près de 60 participants pour une matinale de sensibilisation orientée achat sur le thème de l'économie circulaire, concept porteur « d’économies intelligentes ». Un groupe de travail sera d'ailleurs lancé à la rentrée de septembre pour approfondir cette première approche. 
 
Afin de marquer la semaine européenne du développement durable, l’ObsAR avait programmé une « matinale » avec l’Institut de l’Economie Circulaire, mardi 2 juin, afin de sensibiliser les acheteurs à ce concept porteur « d’économies intelligentes ».
 
C’est François-Michel Lambert, député des Bouches du Rhône et Président de l’Institut de l’Economie Circulaire, qui a introduit la réunion en montrant tout l’intérêt des pratiques de réduction des déchets, de recyclage et de ré-utilisation des produits. Il a souligné l’apport des politiques d’achats responsables dans ce domaine, en commençant par la juste détermination du besoin d’achat et l’éco-conception, ainsi que les perspectives ouvertes par l’économie de la fonctionnalité (achat de service au lieu d’achat de produit à entretenir, maintenir et remplacer).
 
Trois séries de témoignages se sont ensuite succédées :
- les nouveaux développements de la politique d’achat de papier en ramettes au SAE (Service des Achats de l’Etat), avec en contrepoint les informations données par l’éco-organisme Ecofolio, qui prépare un guide avec l’ObsAR sur les achats responsables de papier ;
- les bonnes pratiques de AdopteUnBureau.com, qui recycle les mobiliers de bureau, avec en contrepoint les apports de l’éco-organisme Valdenia ;
- l’offre de recyclage avec tri automatisé des gobelets, bouteilles plastiques et canettes métaux de LemonTri, récompensée par de nombreux trophées « développement durable ».
 
Enfin, une table-ronde de grande qualité a réuni Patricia Savin, Présidente d’Orée, Dominique Veuillet, représentant l’ADEME, et Laure Trannoy, du Commissariat Général au Développement Durable (CGDD), qui ont présenté les développements attendus des politiques d’achat dans l’objectif de l’économie circulaire, les perspectives de soutien des pouvoirs publics en la matière et répondu aux questions des nombreux participants.
 
Un groupe de travail commun à l’ObsAR et à l’Institut de l’Economie Circulaire sera lancé à la rentrée de septembre pour approfondir cette première approche. Nous en reparlerons.
 

ISO 20400 : le travail se poursuit

La prochaine réunion ISO, rassemblant 32 pays, se tiendra à Londres mi juin. L'ObsAR, engagé pour faire adhérer largement à sa vision sur les sujets tels que le coût global, l'analyse des risques, la due diligence, ...
 
Le projet de norme « Sustainable Procurement » avance bien. Les travaux de normalisation se sont poursuivis activement depuis la dernière réunion internationale en novembre à Singapour. Le groupe de travail France, composé majoritairement d'adhérents de l'ObsAR, s'est réuni tous les mois pour préparer la 4ème réunion qui se tiendra à Londres du 15 au 19 juin prochain.
Début mai, le groupe a décidé d'approuver le projet de norme sous sa dernière expression proposée (CD3), comme la majorité des 32 pays votants.
La priorité des membres français est de faire évoluer les 9 pays encore réticents, surtout sur des aspects formels, mais aussi sur les sujets qui sont au coeur des ambitions de l'ObsAR (coût global, analyse des risques, due diligence, ...).
L'objectif reste une publication de la norme ISO 20400 en 2016. Et l’ensemble du groupe France est confiant.
 

Club France Développement Durable : un outil pédagogique pour comprendre la COP21

A l'occasion de la Conférence de Paris pour le Climat, les partenaires de l'ObsAR, Comité 21 et Club France DD, ont conçu un outil, accessible à tous, pour éclairer les citoyens sur les enjeux du réchauffement climatique et expliquer les accords qui seront signés dans quelques mois. A parcourir et partager.
 
Dans six mois, la France accueillera la Conférence de Paris pour le climat, dite COP21. A cette occasion, des représentants des 196 états membres de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique négocieront les termes d’un accord international pour la lutte contre le changement climatique et la transition vers des économies bas-carbone.
La COP21 constitue une opportunité de mobilisation pour les acteurs de la société civile. Cet engagement ne sera néanmoins efficace que s’il est éclairé : comprendre la complexité des négociations internationales sur le climat est donc essentiel pour agir. En tant qu’acteurs engagés dans le développement durable, vous êtes certainement déjà en préparation ou porteurs de projets pour la COP21. 
 
Afin de vous accompagner dans ce processus et à l’occasion de cette semaine européenne du développement durable, le Club France et le Comité 21, partenaire de l’ObsAR, vous proposent de vous saisir d’un nouvel outil pédagogique mis à votre disposition : le slides pack "Comprendre la COP21 et les négociations internationales sur le climat" (à télécharger en cliquant sur le titre).
Dans un premier temps, ce document reprend l’histoire de la mobilisation mondiale pour la lutte contre le changement climatique depuis 1992, date du 1er Sommet de la Terre à Rio. En retraçant les concepts-clé et les évènements marquants de ce processus, cette partie vous permettra de mieux comprendre le cadre de la COP21. Dans une seconde partie, il propose une analyse détaillée de la COP21 : sa préparation, ses enjeux et les acteurs y participant. Nous vous invitons à le découvrir.
 

Welcome chez moi : une initiative collaborative pour la COP21

Adhérents et voisins du BeeoTop nous présentent un programme original de rencontres à l'occasion de la conférence de Paris sur le climat.
 
Le programme Welcome chez moi est co-produit par l'association d'éducation à l'éco-citoyenneté PikPik Environnement, le webzineYouphil.com et les agences spécialisées Inspirience et Relations d'Utilité Publique.
 Le dispositif vise à susciter chez de nombreux concitoyens l'envie de sensibiliser leur entourage aux enjeux climatiques et écologiques en devenant des Welcomers. L'objectif d'animer un réseau de 5000 Welcomers et de toucher indirectement environ 60 000 personnes.
 Un Welcomer s'engage (charte, kit d'animation) à sensibiliser ses voisins, amis ou collègues aux bonnes pratiques environnementales du quotidien (énergie/habitation, déchets, mobilité, eau/biodiversité, santé/énergie). Concrètement, il est invité à organiser chez lui des apéros climat, avant et pendant la COP21. Il a recours à des contenus pédagogiques et des idées d'animation conviviales conçus par PikPik Environnement, téléchargeables de notre site (juin 2015) ou consultables sur une appli mobile.
 Les apéros climat s'adressent également aux entreprises et aux collectivités et des formats spécifiques sont proposés pour animer des moments internes.
 Les Welcomers sont également susceptibles d'héberger des visiteurs étrangers ou non-parisiens.
De nombreux partenariats sont actuellement mis en place ( SolutionsCOP21, Agence française de développement, Arene Ile de France, ADP, Conseil général du 93, Plaine Commune, Peuplade.fr, Consoglobe) et des animations internes sur mesure sont en cours de réalisation avec plusieurs entreprises et collectivités.
 Pour déployer les différents volets de ce dispositif, des partenaires financiers et opérationnels sont encore recherchés. Vous trouverez la présentation du programme Welcome chez moi, n’hésitez pas à la partager. L'équipe de l'organisation de ce programme se tient à votre disposition pour vous détailler tout ceci.
 
 

Devoir de vigilance : loi française ... ou directive européenne et norme internationale ?

Les députés ont adopté en 1ere lecture fin mars une proposition de loi contraignant les multinationales à prévenir les atteintes aux droits de l’homme et à l’environnement de leurs sous-traitants étrangers. Retour sur cette épopée, dont des suites au niveau législatif européen ou normatif sont déjà dans les cartons. 
 
Trois députés français (Danielle Auroi, Dominique Potier et Philippe Noguès) avaient déposé, fin 2014, une proposition de loi sur « le devoir de vigilance des multinationales vis-à-vis de leurs filiales et de leurs sous-traitants » qui a connu bien des avatars et fait couler beaucoup d’encre …et de salive. En particulier, les organisations représentatives des entreprises, le MEDEF et l’AFEP (grands groupes) ont actionné tous leurs réseaux pour empêcher son adoption. A contrario, de nombreuses ONG ont œuvré pour mobiliser les défenseurs des droits de l’homme et du développement durable en faveur de cette « PPL », …dont les pouvoirs publics se montraient bien embarrassés. Des heures de débats à la Plateforme nationale pour la RSE ont opposés les tenants de la « hard law » et de la « soft law » …et n’ont pas permis de trouver un compromis dans cette controverse très « franco-française ». Parallèlement, la proposition de loi a été refondue et re-présentée dans un texte un peu moins ambitieux, propre à permettre son adoption en première lecture par l’Assemblée Nationale…
 
Dans le même temps, l’OCDE poursuivait ses efforts pédagogiques et sensibilisait les membres du Parlement européen et les représentants des Etats sur le sujet de fond de la « due diligence », sujet qui est bien sûr également abordé dans le projet de norme « sustainable procurement » (ISO 20400). L’OCDE en fait le thème de son 3ème Forum mondial sur la Conduite Responsable des Entreprises, qui aura lieu les 18 et 19 juin à Paris. On peut donc penser que notre approche nationale sera bientôt dépassée, à la fois, par un texte européen et une norme internationale… L’argument de la perte de compétitivité concurrentielle des entreprises françaises aura vécu… A elles de s’engager vraiment dans la responsabilité sociétale !
 

LUCIE : le label RSE de référence

Label de référence RSE basé sur la norme ISO26000, Lucie permet une évaluation, un développement
et une valorisation des actions responsables de l'entreprise. La communauté Lucie compte à ce jour
92 labellisés, 35 en phase de l'être et de nombreux réseaux partenaires. Découverte d'un acteur devenu incontournable, dont l'ObsAR vient de rentrer au capital.
 
Le label LUCIE, premier label RSE français, a été créé en2008 par Qualité France Association, avec l’appui de VIGEO pour l’élaboration du référentiel. La labellisation LUCIE est une démarche RSE complète qui permet à une entreprise d’évaluer, de développer et de valoriser, auprès de toutes ses parties prenantes, ses actions et engagements en matière de Développement Durable.
 
L’organisation labellisée s’engage dans une démarche structurante d’amélioration continue en RSE, basée sur la norme ISO 26000. Les engagements pris et les progrès réalisés font l’objet d’un suivi tous les 18 mois pour le maintien, puis le renouvellement du label. Aujourd'hui, 87 organisations, de toutes tailles, sont labellisées. 
 
Lucie anime également la communauté Lucie, première communauté française d’entreprises engagées en Développement Durable et RSE. La Communauté Lucie, forte de 125 membres, dont des grands Groupes (L’Oréal, GDF-SUEZ, BPCE, Schneider Electric, Véolia…) est une preuve supplémentaire que la labellisation LUCIE est aujourd’hui en train de devenir LA démarche de référence en d’engagement en RSE.
 
Dans le cadre du partenariat ObsAR/Lucie, une opération collective sera lancée à la rentrée pour les entreprises adhérentes ObsAR : elles pourront entrer dans le processus de labellisation à un tarif préférentiel et/ou amener leurs fournisseurs et sous-traitants dans la démarche de labellisation. Plus d'information à la rentrée. D'ici là, vous pouvez trouver les références Lucie et la démarche de labellisation dans le dossier joint.
 

Achats publics responsables : le nouveau plan 2015 – 2020

Après la concertation menée l’été dernier, le nouveau Plan national d’action pour les achats publics durables (PNAAPD) a été officiellement validé en mars. Objectif : « s’attaquer de façon pragmatique, et sur la durée, aux obstacles qui ralentissent la montée en puissance de l’achat public durable : convaincre les décideurs, accompagner les acheteurs, dialoguer avec les autres acteurs essentiels que sont les entreprises et leurs organisations représentatives, montrer, démontrer, valoriser, évaluer ». Un programme ambitieux à mettre en œuvre d’ici à 2020. (Lire l’article : CLIC)
 

Ecofolio

 
Le papier est l'un des premiers consommables de bureau et fait partie des rares produits qui peuvent s’inscrire facilement, au sein d’une  entreprise, dans une économie circulaire. L'ObsAR et Ecofolio préparent un guide achats, disponible dès septembre.
 
Dans le cadre de leur partenariat, l'ObAR et Ecofolio, l'éco-organisme qui mène des actions d’information, de sensibilisation et de communication vis-à-vis de la gestion responsable des papiers et du recyclage vont éditer, en partenariat, un guide d’aide aux achats responsables afin de promouvoir l’usage du papier recyclé au sein des entreprises privées comme publiques. Cet ouvrage complètera les outils et services proposés par Ecofolio, avec l’édition d’un guide des normes et labels environnementaux élaboré en collaboration avec l’Ademe ainsi que le guide des usages responsables. 
Didactique et à destination de tous les acheteurs et de toutes les structures (PME, ETI, organisations publiques..), le guide qui sera publié, donnera la parole aux professionnels. Si vous souhaitez témoigner de votre expérience, qu'il s'agisse d'une réussite ou de difficultés que vous avez rencontré, vous pouvez nous en faire part ici avant fin juin.
 
 

Travaux sectoriels : le secteur agroalimentaire

 
L’ObsAR a démarré des travaux sectoriels qui conduisent à développer opérationnellement les précédents travaux de l'association. Dans ce cadre, trois initiatives ont été prises dans le secteur agroalimentaire :
- une étude sur le coût global dans l’agroalimentaire, réalisée avec des étudiants d’Agro Paris Tech, dont les résultats seront présentés à la rentrée ;
- une étude de chercheur, dans le cadre du partenariat avec l’ADERSE, sur « la RSE dans la supply chain agroalimentaire », pour laquelle il est proposé aux entreprises concernées de répondre à un questionnaire en ligne assez simple (via ce lien : CLIC) ;
- la participation de l’ObsAR à l’Assemblée Générale de l’association Agri Confiance (Coop de France), le 9 juin, pour présenter les achats responsables et notre approche « coût global ».
 

GEB “achats responsables” à la CDAF avec l’ObsAR : le travail collaboratif à l’ordre du jour

Nos partenaires de la CDAF ont décidé de relancer leur GEB (groupe d’études et de benchmark) sur les achats responsables, qui ne fonctionnait plus depuis plusieurs années. L’ObsAR en assurera la co-animation, confiée à Guy Isimat-Mirin, avec Marie-Christine Stachetti (TF1). Les objectifs partenariaux ont été définis en commun, avec également la participation de la Médiation des entreprises, dans la perspective d’une véritable coopération et de l’évitement des prises en charge en doublon. Les groupes de travail déjà en fonctionnement à l’ObsAR seront ouverts aux membres de la CDAF intéressés (indicateurs et reporting, coût global, mieux disant, achats socialement responsables, maturité achats des PME, achats et économie circulaire), tandis que le GEB définira ses thèmes lors de sa prochaine réunion, le 8 juillet, parmi les autres sujets proposés (prévention de la corruption, lien entre RSE et compétitivité des organisations, délais de paiement, devoir de vigilance, conditions générales d’achat, valorisation du label « relations fournisseur responsables »). Un menu consistant et des perspectives de travail concret supplémentaire pour le développement des achats responsables dans toutes les entreprises et tous les organismes publics.
 

Evènements

L’ObsAR organise avec l’AFNOR, le 2 juillet, une « matinale » sur la maitrise du risque fournisseur, avec présentation de son outil Acesia. Une invitation vous sera adressée.
 
Le 10 juin, Gérard Brunaud participera à une table-ronde intitulée « La commande publique doit-elle avoir des missions sociétales ?» dans le cadre d’une conférence sur la réforme du Code des marchés publics organisée par La Gazette (Groupe Territorial – Invitation ci-joint : CLIC). Nul doute qu’il y sera question de la réponse apportée par l’ObsAR à la curieuse attaque du prix Nobel d’économie Jean Tirole sur le prétendu manque d’intérêt de cette politique (voir le communiqué : CLIC).
Les adhérents de l'ObsAR ont accès à des conditions privilégiées (invitation et code de réduction ici). 
 
Nos partenaires du Comité 21 organisent une Journée d’échanges collectivités / entreprises, le 30 juin, où l’ObsAR sera l’expert d’une table-ronde sur les achats responsables.
 
Le 30 juin également, l'ARSEG organise une matinée conférence sur le thème "Est-il possible de maîtriser ses coûts à travers une politique achats responsables". L'ObsAR animera la conférence qui sera suivie d'échanges avec les Directeurs des services Généraux présents.
 

Vie de l’association : une nouvelle gouvernance à l’ObsAR

L’Assemblée Générale de l’ObsAR, le 5 mai dernier, était en fait double. D’abord, une AG extraordinaire a modifié les statuts, remplaçant le Comité directeur (7 membres) par une double instance : Conseil d’Administration (12 membres) et Bureau (5). Ensuite, lors de l’AG ordinaire, les rapports moral et d’activité, financier et d’orientation ont été présentés et adoptés (voir sur le site).
Trois nouveaux membres, issus du collège adhérents, ont été élus au Conseil d’Administration : Evelyne Austruy (Crédit Agricole), Olivier Coustaury (Total) et André Martinie (Provigis), tandis que les deux sortants, Lionel Ferraris (UCANSS) et Pierre Quesada (LFB), étaient réélus.
 
Le Conseil d’Administration a ensuite mis en place son Bureau, composé de Pierre Pelouzet (Président), Gérard Brunaud (Secrétaire Général), Pierre Quesada (Trésorier), Guy Isimat-Mirin et André Martinie (Vice-Présidents).
 
Copyright © 2017 - Solution de création de sites Internet éditée par EPIXELIC - Administration - webgreen